Stop ou encore pour la remontada d’AB InBev?

En quelques mois, AB InBev a vu son action grimper de 36% après l’»annus horribilis» de 2018. Sera-t-elle capable de maintenir ce mouvement haussier les mois suivants? Première réponse le 7 mai avec la publication des résultats trimestriels du groupe.

Depuis le 1er janvier, l’action AB InBev s’est adjugé 36% récupérant, en partie, son ample chute actée en 2018. Mais le titre a du mal depuis quelques jours à franchir la barre des 80 euros. Alors, stop ou encore?

Réponse le 7 mai. Ce jour-là, le géant brassicole livrera ses résultats pour le premier trimestre.

Rappelons que fin février dernier, lors de la publication de ses chiffres annuels, il a évoqué pour 2019 une «forte croissance des produits et de l’Ebitda» en se gardant bien de plaquer des chiffres sur cette évolution attendue.

Les attentes du marché

D’après le consensus des analystes financiers, le total des volumes vendus devrait atteindre 134,27 millions d’hectolitres à la fin du trimestre contre 134,83 millions un an plus tôt, soit une baisse de 0,42%. Toutefois, en se basant sur le concept de «croissance interne» utilisé par AB InBev afin d’éliminer l’impact des écarts de conversion des activités à l’étranger et des changements dans le périmètre, on arrive à une progression de 1,2%, toujours selon les analystes.

«Le groupe n’a dégagé une croissance de ses volumes supérieure à 1% qu’à trois reprises lors des 20 derniers trimestres», a recensé Duncan Fox de Bloomberg Intelligence «et cela malgré le fait qu’il est le plus gros vendeur de bière dans les pays émergents». Pour rectifier ce déséquilibre, Fox estime que le brasseur aura besoin de plus d’investissements judicieux dans ses marques premium dans des marchés comme le Brésil, et une reprise des volumes aux Etats-Unis qui comptent pour 25% de ses ventes.

En termes de chiffre d’affaires, les volumes devraient se traduire par un montant de 12,69 milliards de dollars en recul de 2,9% d’une année à l’autre, mais avec une croissance interne de 5,1%. Edward Mundy de Jefferies («sous-performer»; 63 euros) se montre prudent sur les ventes du brasseur en raison de la pression concurrentielle et du fait qu’il existe un délai entre l’amélioration des données macro du PIB et les revenus disponibles des ménages qui est un moteur pour la croissance des volumes de bières.

En ce qui concerne l’Ebitda, le marché l’attend à 5,06 milliards de dollars, en progression de 1,4%, ce qui correspond à une croissance interne de 7,9%.

IPO non démentie

Si AB InBev parvient à dépasser les attentes des analystes, son action pourra poursuivre sur sa lancée. Une officialisation d’un projet d’IPO de ses activités asiatiques que le géant brassicole n’a ni démenti ni confirmé lors de son assemblée générale devrait aussi servir de support. Il permettrait, en effet, de réduire l’endettement du groupe de quelques milliards de dollars.

Pour l’heure, la majorité des analystes qui suivent la valeur (23 sur 35) recommandent toujours un achat de celle-ci en dépit de son brillant parcours du début d’année. L’objectif de cours moyen s’élève à 84,23 euros, ce qui correspond à un potentiel de hausse autour de 7%.

C’est KBC Securities qui est le plus confiant sur la valeur avec un «target» de 105 euros et ING qui s’en méfie le plus (54,9 euros).

Источник: Lecho.be

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...