Pourquoi les politiques sont obsédés par la France d’« il y a 30 ans »

Par Maxime Vaudano et Agathe Dahyot

Pour la France, tout a commencé à dérailler « il y a trente ans ». Que s’est-il donc passé dans cette période maudite, entre 1975 et 1985 ?

Pour la France, les problèmes ont commencé il y a trente ans. Depuis trente ans, les mêmes partis politiques « gouvernent la France » (Emmanuel Macron) et, depuis trente ans, ils « ont échoué » (Nicolas Dupont-Aignan), car depuis trente ans, « la guimauve du politiquement correct » les « tétanise » (Marine Le Pen).

Résultat : « les problèmes couvent » depuis trente ans (François Bayrou). Peut-être parce que, depuis trente ans, « on ne réforme pas le pays » (Marielle de Sarnez), on demande aux Français d’être « plus productifs » (Nicolas Sarkozy), on augmente les impôts et le « ras-le-bol fiscal » monte (Pacôme Rupin) ? A moins que ce ne soit à cause du « libéralisme » qui « échoue » depuis trente ans (Jean-Luc Mélenchon) ? De « l’école » qui « ne transmet plus » depuis trente ans (François Fillon) ? Ou de « l’immigration incontrôlée » que « subissent » depuis trente ans les Français (Florian Philippot) ?

Même s’ils divergent sur les explications, nombreux sont les politiques qui s’accordent sur le constat : pour la France, tout a commencé à dérailler « il y a trente ans » – ou, à la rigueur, « il y a quarante ans ». Ce tic est devenu si incontournable dans le langage politique qu’on en oublierait presque de le questionner. Que s’est-il donc passé dans cette période maudite située entre 1975 et 1985 pour la tenir ainsi responsable de tous les maux de la société française contemporaine ? L’incurie des politiques, la montée des inégalités, la précarité sociale, le malaise identitaire, l’insécurité, la perte des valeurs et l’effondrement de l’école trouvent-ils tous leurs racines dans cette sombre décennie qui aurait marqué le top départ du déclin français ?

Источник: Lemonde.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...