Pas de 5G en Belgique avant 2021

La Belgique prend encore du retard pour lancer sa couverture 5G. Les différents niveaux de pouvoir n’ont pas pu se mettre d’accord sur la clé de répartition des recettes. La Commission européenne demande pourtant la couverture d’au moins une ville d’ici 2020.

Le comité de concertation entre entités fédérales et fédérées n’est toujours pas parvenu à conclure un accord concernant la 5G. Le ministre fédéral des Télécoms, Philippe de Backer (Open Vld), a indiqué sa déception et a souligné le retard que la Belgique va prendre. L’échec de la concertation d’hier va reporter la décision à la prochaine législature. Ce report fait déjà suite à un précédent échec des négociations le mois dernier. Les entités fédérées demandent en effet une meilleure répartition des recettes que celle mise sur la table hier (80 pour le Fédéral, 20 pour les entités fédérées). L’accord est pourtant nécessaire pour lancer la procédure d’octroi des licences, et ainsi accélérer la couverture de notre pays par le réseau. Le ministre avait déjà proposé de reporter la question des clés de répartition à la prochaine législature, mais de continuer à avancer à la mise en place des enchères.

Testez la 5G

La 5G, l’internet mobile à très haute vitesse, doit offrir des connexions plus performantes, plus fiables et surtout plus rapides que la 4G. Mais que signifie vraiment “plus rapide”? L’Echo vous propose de faire le test.

Le temps devient en effet compté et tout report supplémentaire pourrait conduire à accroître le retard déjà pris sur l’agenda voulu par la Commission européenne. L’organisation demande en effet que chaque état membre dispose d’au moins une ville couverte par la 5G à l’horizon 2020, et une couverture urbaine totale pour 2025.

Si le réseau 5G n’est pas encore prêt dans toute l’Union, la Belgique accuse déjà un retard par rapport à nos voisins proches. La 5G ne sera pas disponible avant 2021 au plus tôt dans notre pays.

Crainte des entreprises

«Il incombera à la prochaine équipe gouvernementale de tout faire pour aboutir.»

Philippe de Backer
Ministre fédéral des télécommunications (open vld)

L’Autriche et la Suisse ont déjà fait leurs enchères, montant respectivement à 188 millions d’euros et 379 millions de dollars. Même timing pour l’Italie qui en avait profité pour faire monter les prix jusqu’à 6 milliards d’euros. Chez nous, le ministre De Backer avançait la somme totale de 700 millions d’euros. Les offres sont en cours en Allemagne, mettant en concurrence quatre opérateurs, et la France entend suivre pour le printemps. Les Pays-Bas ont déjà annoncé la mise en place de la 5G dans la ville de La Haye pour 2020, respectant ainsi l’agenda européen.

Les entreprises dénoncent un effet néfaste du politique et affichent leur crainte pour la position de la Belgique sur le marché. «La 5G est nécessaire pour des transports autonomes et connectés. Chaque seconde est importante pour les temps de réaction et l’anticipation des files et des accidents«, souligne Luc Bontemps, directeur général de la Fédération belge de l’automobile (Febiac). L’incertitude pèse aussi en cette période pré électorale. «Encore une fois, les politiques manquent d’une vision claire pour l’avenir«, réagit Françoise Chombar, CEO de Melexis, spécialiste en microélectronique.

Источник: Lecho.be

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...