Manifestation du 1er mai : la préfecture de police contraint des commerces à fermer leurs portes

Limiter la casse au maximum. Tel est l’objectif de la Préfecture de police de Paris qui, dans la perspective des manifestations du 1er mai, prend un arrêté de fermeture des établissements présents sur le parcours du principal cortège. La manifestation doit partir de Montparnasse pour rejoindre la place d’Italie.

Après 24 semaines de mobilisation de «gilets jaunes», le nouveau préfet de police Didier Lallement veut ainsi éviter le scénario de 2018 : la manifestation avait été marquée par les images de dégradations, d’un McDonald’s en feu face à la gare d’Austerlitz et de manifestants bloqués sur le pont du même nom.

Cette année, le parcours évitera de franchir la Seine mais il frôlera au moins deux «symboles macronistes» : la Rotonde, restaurant où le candidat d’En Marche avait célébré sa qualification au second tour de l’élection présidentielle, et la place de la Contrescarpe, où son ex-conseiller Alexandre Benalla avait brutalement interpellé un couple le 1er mai 2018.

Vider les terrasses et les étalages

En 2019, les responsables des commerces, débits de boissons et restaurants seront obligés de fermer leurs portes et «de mettre en place des moyens de protection de leurs établissements contre les dégradations et pillages», précise la préfecture dans un communiqué publié ce lundi. Les «terrasses» ou «étalages» devront être vidées «de tout mobilier pouvant servir de projectile ou d’arme par destination». Ces mesures pourront être levées «au cas par cas» et en fonction de l’évolution de la situation, ajoute la préfecture de police.

Enfin, le même arrêté prévoit «l’interdiction de stationnement des véhicules, de 6 heures à 20 heures, sur l’itinéraire emprunté lors de la manifestation». Et comme lors de tous les actes de «gilets jaunes», des manifestations sauvages ne sont pas à exclure, «black blocs» ou «ultra gilets jaunes» pouvant quitter le cortège. Le 1er mai, «on sait bien que les ultras violents, ultra gauche mais aussi des “ultras jaunes” viendront pour casser sur Paris et pas seulement sur Paris», a déclaré vendredi Christophe Castaner sur France Info. Des appels régionaux à un 1er mai «noir et jaune» ont d’ailleurs été lancés.

Источник: Lefigaro.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...