L’étrange pouvoir de la force de conviction

Chronique Claire Munck CEO Be Angels

Je viens de terminer le livre de John Carreyrou, «Bad Blood: Secrets and Lies in a Silicon Valley Start-up». Cette histoire, qui n’a rien d’une fiction, est absolument fascinante.

À travers l’exemple de la start-up Theranos, de son ascension fulgurante à sa faillite retentissante, on voit ce que l’entrepreneuriat peut avoir de plus passionnant et de plus pervers. Tout se base finalement sur la personnalité d’Elizabeth Holmes, jeune entrepreneuse qui apparaîtra sur les couvertures des journaux du monde entier comme «la prochaine Steve Jobs».

Au fil du développement de Theranos, sa personnalité hors du commun va faire plier tous les bons réflexes des investisseurs qui l’entourent. Ce qui ressort de plus percutant est son charisme, sa volonté de fer et l’emprise qu’elle exerce sur les personnes autour d’elle. On dit toujours qu’un bon projet, c’est avant tout un bon entrepreneur qui a une excellente capacité d’exécution.

Dans l’exemple de Theranos, l’entrepreneuse se révèle sociopathe et va faire fi de la réalité pour suivre son rêve, tout en attirant les meilleurs profils dans tout domaine grâce à la fascination qu’exercent les «licornes de la Valley». Ses investisseurs, qui auront investi près d’un milliard de dollars sur l’idée de Theranos de révolutionner le monde de la médecine en prélevant simplement une goutte de sang pour faire des tests sanguins avec une méthode de prélèvement soi-disant propriétaire, ont succombé à plusieurs travers stéréotypés.

Peu ou pas d’analyse du dossier, une prise de décision d’investissement sur la base de noms de co-investisseurs ou d’administrateurs, «FOMO – fear of missing out» pour avoir la chance de participer au financement de cette start-up valorisée lors de son dernier tour à 9 milliards de dollars (!), et plus simplement un abus de confiance de la part de l’entrepreneur. Les qualités d’Elizabeth Holmes, commerciale hors du commun, visionnaire, travailleuse et brillante, ont dissimulé ses pires défauts: aucune capacité d’écoute, manipulatrice, paranoïaque, toute-puissante.

Ceux qui l’ont suivie partageaient sa vision de changer le monde et cette vision va annihiler leurs réflexes les plus élémentaires. On parle souvent de la difficulté lorsque l’on investit dans les start-ups d’évaluer les dossiers et que la décision d’investissement se base majoritairement sur l’équipe.

Comment identifier les travers potentiels des traits de caractère dès le début? Comment rester pragmatique face aux faits, alors que l’entrepreneuse ultra-convaincue continue à rassurer, argumenter, expliquer que tout va bien alors que tout indique le contraire? Dans «Bad Blood», on suit certains administrateurs, employés, investisseurs qui se posent des questions très rapidement sur la véracité de la solution proposée et sa faisabilité.

Les questions n’ont jamais de réponse satisfaisante, et ceux qui doutent sont vilipendés comme des mécréants qui mettent en danger la vision de l’entreprise. Quelques années après son lancement, le conseil d’administration avait voté pour qu’Elizabeth Holmes ne soit plus CEO de l’entreprise compte tenu des manquements à la bonne gouvernance de l’entreprise. Elle réussira à convaincre ses membres de la laisser aux commandes, avant d’opérer ce que l’on peut appeler une purge des organes décisionnels en s’assurant qu’aucune décision ne puisse plus être prise sans sa présence et son consentement.

Il faudra plus de 10 ans pour qu’un journaliste d’investigation ne s’intéresse au dossier en constatant que les agissements de la société ne trompaient pas seulement ses actionnaires mais aussi et surtout les patients. Cette histoire m’a tenue en haleine, surtout à l’heure des entrepreneurs «rock stars». Le pouvoir de conviction de l’entrepreneuse m’a sidéré, tant on se dit qu’elle aurait pu être prise en défaut de ses agissements beaucoup plus tôt. Elle ne sera inquiétée que lorsqu’elle aura trouvé un adversaire à sa taille, John Carreyrou, qui à partir de recherches et de faits ne se laissera pas impressionner par ses déclarations mais ira au fond des choses pour mettre fin au rêve de l’entrepreneuse qui se prenait pour une icône.

Источник: Lecho.be

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...