Le changement climatique au coeur des élections en Australie

Les élections législatives ont débuté en Australie ce samedi. L’opinion publique est inquiète de la récurrence de phénomènes météorologiques extrêmes. D’après les sondages, les travaillistes devraient déloger les conservateurs.

Les bureaux de vote ont ouvert samedi à 8h en Australie (minuit, heure belge) pour les élections législatives qui pourrait déboucher sur un retour des travaillistes à la tête du pays.

 Sur les 16,4 millions d’électeurs, quatre millions environ ont déjà émis leur vote plus tôt et un million ont voté par correspondance. Les 11 millions d’électeurs restant doivent se rendre dans les quelque 7.000 bureaux de vote installés dans le pays, jusque dans les régions les plus isolées de l’immense territoire, alors que le vote est obligatoire en Australie.

  Il est attendu que le travailliste Bill Shorten, ancien leader syndical, déloge le conservateur Scott Morrison, les sondages lui accordant une légère avance. Le Labor pourrait disposer de 81 sièges dans la chambre basse du parlement qui en compte 151, selon les prévisions. Avec 51,55% d’intention de votes, la formation devance la coalition libérale du Premier ministre qui en dispose de 48,5, selon le dernier sondage Newspoll.

  Le décès de l’ancien Premier ministre travailliste Bob Hawke à 89 ans, quelques jours avant le scrutin, a déclenché une vague d’hommages, et a somme toute affirmé l’élan de la formation de centre-gauche. Les travaillistes visent donc un retour au pouvoir, soit la 4e fois seulement depuis la Seconde Guerre mondiale.

L’ouverture des bureaux a été émaillée par un incident dans la circonscription de l’ancien Premier ministre conservateur Tony Abott, à Warringah au Nord de Sydney, décrié pour son climato-scepticisme. Un sexagénaire a attaqué à l’aide d’un tirebouchon un homme de 31 ans, qui disposait du matériel de campagne en faveur de M. Abott avec d’autres sympathisants.

Candidats réservés sur la question climatique

Les principales formations ont mené campagne sur des thématiques économiques et fiscales, mais la question du changement climatique s’est imposée comme enjeu électoral majeur, sous la pression de l’opinion publique lassée de l’inaction des précédents gouvernements et inquiète de la récurrence de phénomènes météorologiques extrêmes, dont des pics de chaleur, incendies et inondations.

Un récent sondage réalisé par l’institut Lowy indique que 61% des électeurs souhaitent que la question climatique soit traitée par le prochain gouvernement. Toutefois, les candidats Bill Shorten et Scott Morrison sont toutefois restés très réservés à cet égard. Les Verts, qui constituent la troisième force politique, devraient toutefois rester marginaux pouvant au mieux espérer doubler l’unique siège dont ils disposent actuellement.

Les résultats des candidats indépendants et des partis extrêmes pourraient être déterminants dans la formation du gouvernement, en cas de courte majorité. Les performances du United Australia Party seront très observés. Son fondateur, le milliardaire Clive Palmer, a inondé les réseaux sociaux et espaces publicitaires du message «Make Australia Great» inspiré des slogans du président américain Donald Trump.

Источник: Lecho.be

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...