En Suisse, le lobby piéton défend « ses » trottoirs

A Lausanne comme à Zurich, les piétons se mobilisent en association pour sanctuariser les trottoirs et les réserver à la seule pratique de la marche.

Par Laetitia Van Eeckhout Publié aujourd’hui à 12h00

Temps de Lecture 1 min.

A Lausanne, en Suisse, dans la rue piétonne Haldimand.

En Suisse, la défense des piétons n’est pas prise à la légère. Le gouvernement fédéral et les collectivités savent qu’ils sont sous étroite surveillance dans ce domaine. Depuis la fin des années 1970, la Confédération helvétique compte une association nationale Mobilité piétonne Suisse qui rassemble des spécialistes des transports, du droit, de l’aménagement du territoire.

Et dans de nombreuses villes, des citoyens veillent au respect des marcheurs dans leur cité. Sous la pression de ce lobby piétons, la Suisse a été pionnière en 1996 dans la mise en place des zones de rencontres, ces voies à 20 km/h où piétons et véhicules cohabitent.

Lire aussi « La marche est le ciment de la ville »

Son dernier sujet de bataille : le trottoir, qui « est l’espace piéton, et doit le demeurer », proclame une pétition lancée en avril 2018 par ­Mobilité piétonne Suisse, laquelle revendique des itinéraires séparés entre piétons et vélos, et des ­règles claires pour interdire l’usage des vélos et engins motorisés sur les trottoirs.

Sur ce même sujet, l’Association des piétons de Zurich a marqué des points. Jugeant illégale l’installation de panneaux « Piste cyclable et chemin piéton » sur les trottoirs, elle a obtenu de la ville de renoncer à ces derniers. « Reste à prendre des mesures pour que les vélos ne roulent définitivement plus sur le trottoir », relève Christian Thomas de l’association zurichoise.

« Nous sommes favorables au développement des mobilités durables, mais non au détriment de la sécurité et de la qualité de la marche, souligne Jenny Leuba, de Mobilité piétonne Suisse. La place pour la circulation des vélos doit être prise sur la chaussée soit en supprimant du stationnement, soit en réduisant la vitesse. »

Lire aussi Autour de sa nouvelle gare, Rennes se dote d’un nouveau centre-ville élargi et végétalisé

« Le Monde » organise une conférence sur les enjeux sociaux et écologiques de la mobilité quotidienne, intitulée « Une mobilité durable pour tous ? » jeudi 28 mars, de 8 h 30 à 10 h 30, au couvent des Jacobins à Rennes. Inscriptions en ligne (gratuit)

Cet article est extrait d’un dossier réalisé dans le cadre d’un partenariat avec la métropole de Rennes.

Laetitia Van Eeckhout

Источник: Lemonde.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...