Des marches en France pour dénoncer les activités de Bayer-Monsanto

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies samedi après-midi à Paris, Toulouse ou Bordeaux pour dénoncer les activités de Bayer-Monsanto et autres géants de l’agro-chimie et réclamer un autre modèle agricole. Sur les quais de la Garonne à Bordeaux, environ 200 marcheurs écologistes ont convergé avec quelques dizaines de «gilets jaunes» en début d’après-midi. Le rassemblement était festif, mélangeant des reprises reggae de Brassens («Non les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux») et les slogans anti-Macron des «gilets jaunes». Le rassemblement était encadré par un dispositif de sécurité de la gendarmerie allégé.

LIRE AUSSI — Soupçons de fichage illégal pour le compte de Monsanto: une enquête judiciaire ouverte

A Paris, ils étaient une centaine place de la République à Paris avec des banderoles «produire avec la nature, pas contre elle» de Greenpeace, des manifestants déguisés en abeilles ou arborant des coquelicots. «Il y a beaucoup de manifestations aujourd’hui et même si toutes les causes sont importantes, celle-ci l’est particulièrement pour nous, pour ma fille de 6 ans», a témoigné Cécile Laurent-Atthalin, 48 ans, de Vanves, en conversion en agriculture bio, regrettant que «la cause» ne soit «pas assez relayée».

PHILIPPE WOJAZER/REUTERS
PHILIPPE WOJAZER/REUTERS Des manifestants place de la République, à Paris

Dans le centre de Toulouse, une cinquantaine de manifestants, certains revêtus d’une combinaison blanche et brandissant des pulvérisateurs, d’autres déguisés en abeilles, se sont rassemblés autour d’une banderole proclamant «Baysanto et cie, dégagez». «Terre morte», «stop aux pesticides», lisait-on sur d’autres panneaux sur le square Charles de Gaulle. Empêchés par la police de rallier la préfecture, les manifestants se sont allongés sur place, dans une des artères les plus commerçantes de la ville, puis ont réitéré l’opération devant le monument aux morts de la ville.

Des manifestants à Peyrehorade, dans le sud de la France
Des manifestants à Peyrehorade, dans le sud de la France IROZ GAIZKA/AFP

«Monsanto est un vendeur de mort depuis toujours, de l’agent orange aux plantes OGM, mais ils n’est pas le seul, c’est contre toute l’industrie agrochimique que nous sommes là», expliquait Magali Lauriot, une militante de 54 ans. Si elle se félicitait des «déboires» connus par le groupe racheté par Bayer, elle jugeait qu’il n’en subissait «pas encore assez». Monsanto enchaîne ces derniers mois les revers judiciaires liés au glyphosate, le principe actif de son désherbant à succès, le Roundup.

LIRE AUSSI — Glyphosate: un débat pollué par l’image de Monsanto

Le chimiste allemand Bayer a vu s’évanouir près de 45% de sa capitalisation depuis qu’il a racheté le groupe américain en juin 2018. Bayer est également aux prises avec une polémique en France autour d’un fichage — par une agence de communication employée par Monsanto — de centaines de personnalités concernant leur position sur les OGM ou le glyphosate.

Источник: Lefigaro.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...