Dans le rouge, Auchan met en vente 21 sites en France

Le groupe veut céder 13 supermarchés, 1 hypermarché et des sites de préparation de vente en ligne. 723 salariés sont concernés par l’opération.

Par Juliette Garnier Publié aujourd’hui à 12h01, mis à jour à 12h05

Temps de Lecture 1 min.

La réaction n’a pas tardé. Un mois après avoir dévoilé des pertes de près d’un milliard d’euros sur son exercice 2018, le groupe Auchan a annoncé, mardi 30 avril, la mise en vente de 21 de ses sites en France jugés « sans perspective réaliste de retour à la rentabilité ». Selon la CFDT, les postes de 723 salariés sont concernés par l’opération.

Le groupe, qui s’est engagé dans un vaste plan de réformes destiné à réduire ses pertes financières, a précisé à ses partenaires sociaux réunis en comité social et économique, mardi, que si ces 21 sites (des supermarchés, un hypermarché, des entrepôts et des drive) ne trouvaient pas preneur « un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) sera (…) ouvert ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Symbole de la crise de la distribution, Auchan plonge dans le rouge

Auchan a plongé dans le rouge au cours de son dernier exercice. Ses pertes nettes s’élèvent à 997 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 51 milliards. Son activité a dévissé de 3,2 % l’an dernier, un recul que le groupe explique par des « mutations du commerce sans précédent et une situation économique très difficile ». « Le choix de la cession répond à une triple volonté de l’entreprise », fait valoir Auchan par communiqué, en évoquant son objectif de « préserver l’emploi ». Auchan emploie 73 800 personnes en France, notamment dans ses 637 magasins.

Concurrence des sites de vente en ligne

La CFDT dénonce un « PSE qui intervient après des années d’errances stratégiques ».

« La CFDT est scandalisée d’apprendre que l’entreprise décide d’un PSE d’envergure en mode “départs contraints” sur les sites de production », souligne le syndicat dans un communiqué.

Le distributeur détenu par l’association familiale Mulliez est notamment confronté à la crise des hypermarchés et supermarchés que concurrencent les sites de vente en ligne et les formats de magasins de hard discount, type Lidl et Action. En France, sa part de marché a atteint 10,3 % en 2018, selon Kantar Worldpanel, contre 11,1 % en 2016.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les Mulliez reprennent leurs enseignes en main

Parmi les 21 sites concernés, figurent treize supermarchés situés à Faulquemont (Moselle), Tours et Esvres (Indre-et-Loire), Roanne (Loire), Marquette-Lez-Lille, (Nord), Arras, Perpignan, Mulhouse (Haut-Rhin), Rouen, Albert (Somme), Athis-Mons (Essonne), Chevilly-La-Rue (Val-de-Marne) et Saint-Ouen-l’Aumône (Val-d’Oise).

Le groupe entend aussi céder ses quatre Chronodrive situés à Agen, Bayonne, Caen et Vannes, ainsi que son centre de préparation de commande en ligne Auchandirect situé à Marseille.

Enfin, trois grandes surfaces sont concernées par ce plan de cession : les deux Halles d’Auchan, magasins de produits frais situés à Meaux (Seine-et-Marne) et Bobigny (Seine-Saint-Denis) ainsi qu’un hypermarché situé à Villetaneuse (Seine-Saint-Denis).

Juliette Garnier

Источник: Lemonde.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...