Claire Nouvian, une écolo en immersion dans les abysses du PS

Cofondatrice de Place publique, la défenseuse des fonds marins mène campagne au côté de Raphaël Glucksmann. Avec franchise et passion.

Par Sylvia Zappi Publié aujourd’hui à 11h36

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Elle arrive toute stressée, triturant la boutonnière de sa grande jupe rouge. « Je n’arrive plus à la fermer… je déteste ça, m’habiller chic », lâche Claire Nouvian, juste avant la remise du prix des sciences de la mer de la Fondation Albert Ier. Ce jour-là, la présidente de l’association Bloom, qui œuvre pour la défense des océans, est inquiète. Et pas seulement de sa tenue. « Si les députés européens votent la possibilité de subventionner la construction des bateaux de pêche demain au Parlement européen, je rentre en dépression profonde », ajoute-t-elle. Quelques heures plus tard, elle pose souriante, son trophée à la main, aux côtés du prince Albert devant les grandes tentures de velours grenat de l’ambassade de Monaco à Paris.

La quadragénaire est comme cela, l’humeur aussi changeante qu’un ciel orageux. La militante écologiste qui figure aux côtés de Raphaël Glucksmann sur la liste Parti socialiste et Place publique s’est jetée en politique comme elle a plongé dans les abysses. Sans corde de rappel. Elle y a pris goût, mais à sa façon, tempétueuse et déroutante.

Ce lundi pluvieux de la fin mars, le duo fondateur de Place publique se rend à Creil (Oise). Direction une école pilote sur l’environnement, puis l’hôpital de la ville dont la maternité a été fermée. C’est la première sortie de campagne de Raphaël Glucksmann et il a tenu à emmener Claire Nouvian au côté du premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

Militante des océans

Mais très vite, elle traîne des pieds, refuse de jouer des coudes pour être dans le champ des caméras et peste contre un autre colistier, Pierre Larrouturou, de Nouvelle donne, qui ne se gêne pas pour le faire. Un peu plus tard, alors que MM. Glucksmann et Faure parlent sur une estrade, elle lâche : « Je déteste ces fausses mises en scène, je n’y mettrai plus les pieds. » Puis, elle s’assoit par terre au fond de la salle pour parler des fonds marins avec un photographe.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Benoît Hamon et Ian Brossat se disputent la gauche de la gauche

Quand elle parle de ces profondeurs menacées par la pêche industrielle, le regard de Claire Nouvian s’anime et le débit de sa voix s’accélère. L’écologiste s’est prise de passion pour les abysses devant un aquarium géant à Monterey, en Californie. Elle était alors documentariste et aimait le monde animal. Cette native de Bordeaux, petite-fille de minotier, a passé ses plus belles années d’enfance au soleil d’Alger, où son père était cadre chez Total. De ce paradis perdu, elle gardera l’amour des déserts et de la mer.

Источник: Lemonde.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...