Bernard Cazeneuve, un potentiel rival qui inquiète La République en marche

Populaire dans l’électorat macroniste, l’ancien ministre peut séduire les Français de centre gauche déçus par Emmanuel Macron.

Par Alexandre Lemarié Publié aujourd’hui à 11h55, mis à jour à 11h55

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Officiellement, ils assurent ne pas le craindre. « C’est un sujet interne au Parti socialiste », balaient plusieurs d’entre eux, dans le souci de ne pas lui accorder trop d’importance. En coulisse, pourtant, les responsables de La République en marche (LRM) surveillent avec attention les velléités de retour de Bernard Cazeneuve sur la scène politique nationale. Non sans méfiance. Au sein du parti présidentiel, plusieurs élus le considèrent comme un potentiel rival d’Emmanuel Macron dans la perspective de la présidentielle de 2022.

Avec la crainte que l’ex-premier ministre de François Hollande prenne des voix à l’actuel chef de l’Etat dans l’électorat de centre gauche. « Cazeneuve a une capacité de nuisance à ne pas sous-estimer, car il peut devenir le réceptacle des électeurs du Parti socialiste, qui trouvent Macron trop à droite », met en garde un poids lourd de la majorité. « Il peut rallier à lui les déçus duen même temps” », abonde un autre. Comprendre : les électeurs sociaux-démocrates, qui ont voté pour le candidat Macron en 2017, mais qui se détournent de l’actuel président de République.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Bernard Cazeneuve s’imagine en recours de la gauche

Plutôt que de laisser une chance à l’ancien maire de Cherbourg de fédérer la gauche de gouvernement autour de lui, les proches du chef de l’Etat sont donc passés à l’attaque, de manière préventive, dans l’espoir de le neutraliser. Selon Le Figaro, le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a ainsi proposé le 10 février à Bernard Cazeneuve de rentrer au Conseil constitutionnel. De quoi museler ce possible adversaire pendant neuf longues années… Une offre que l’intéressé, qui a récemment manifesté sa volonté d’être « utile » aux socialistes, a refusée.

Avertissement pour l’exécutif

Un coup pour rien, donc, mais qui en dit long sur la crainte qu’inspire en Macronie l’ex-ministre de l’intérieur. En janvier, des responsables de LRM faisaient déjà courir le bruit qu’il pourrait se rallier au pouvoir actuel, en acceptant de devenir tête de liste de la majorité pour les élections européennes. M. Cazeneuve était alors cité comme un « profil compatible ». Une rumeur jamais confirmée, dont l’objectif était de nuire au principal intéressé, afin de le présenter comme un opportuniste.

Certains, au sein de la majorité, voient dans la volonté de Bernard Cazeneuve de revenir dans le jeu un avertissement pour l’exécutif. Et la preuve qu’il ne faut pas uniquement chercher à séduire l’électorat conservateur. « L’électorat de centre gauche est orphelin. Il faut donc prendre garde à ne pas aller toujours plus loin à droite, en partant du principe que le seul danger viendrait de là. Cela pourrait être dangereux », met en garde Aurélien Taché, député LRM du Val-d’Oise, issu du PS. « En fin politique, Cazeneuve a compris qu’un espace s’était libéré au centre gauche. Nous devons veiller à ne pas laisser ce champ complètement libre », abonde un poids lourd de la majorité.

Источник: Lemonde.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...